Où acheter et vendre son argenterie ?

Benoît Fruchard 11 juin 2021

L’argenterie est un placement pouvant faire partie du patrimoine. Vous l’utiliserez peut-être, ou bien vous exposerez les plus belles pièces dans une vitrine. On appelle argenterie les objets en argent massif. Cette appellation est parfois utilisée par erreur pour les objets en métal argenté.

Où acheter de l’argenterie ?

Vous pouvez surveiller les propositions des salles des ventes sur le site « Interencheres ». Avec la possibilité de mettre une alerte si vous recherchez des objets particuliers.

Le commissaire-priseur indique toujours le poinçon, le titre, et des couverts en métal ne vous seront pas vendus pour de l’argent.

Si vous en achetez dans une brocante ou chez un antiquaire, mieux vaut savoir reconnaître les poinçons.

Dans les salles des ventes, vous devrez rajouter au prix de l’enchère environ 25% de taxes.

Comment reconnaître l’argent et le métal argenté ? 

C’est au XIXème siècle que le procédé de l’argenture par électrolyse a été mis au point. La maison Christofle, spécialiste renommée du métal argenté, prend son essor sous Napoléon III. La maison fabrique des pièces exceptionnelles et a beaucoup de succès. Donc, si vous voyez inscrit Christofle, c’est à coup sûr du métal argenté.

Un couvert en argent est plus léger qu’un couvert en métal argenté et peut se déformer.

La vaisselle en métal argenté a des poinçons carrés ou rectangulaires (nous verrons les poinçons utilisés en argenterie un peu plus loin).

Regardez les signes d’usure. Par exemple les fourchettes, dont les pointes s’usent : si l’extrémité des pointes est dorée, vous pouvez être certain qu’il s’agit de métal argenté.

Sur un couvert XVIIIème en argent, vous remarquerez que les dents gauches sont plus usées que les droites, de même que le bord gauche de la cuillère. Pourquoi ? Tout simplement parce que 90 % des personnes sont droitières.

Vous tombez en arrêt devant un très beau plat. Regardez s’il est rayé.

Des petites rayures sur un plat en argent disparaissent au polissage (bon marché). Par contre, s’il s’agit d’un plat en métal argenté, mieux vaut le donner à Emmaus ou à une kermesse car dans ce cas, l’argenteur devra enlever toute la couche d’argent du plat, le réargenter par électrolyse, puis le polir. Le prix de ce travail vous permettrait d’acheter en salle des ventes un plat deux fois plus petit mais en argent massif.

Quels sont les différents poinçons en argenterie ?

Il n’est pas question de vous faire un cours exhaustif, mais simplement de vous guider afin d’en connaître un minimum pour ne pas vous tromper dans votre achat.

Je vous conseille de vous aider d’une loupe car les poinçons sont petits et parfois bien usés par le temps.

En argenterie, on distingue les poinçons Fermiers Généraux utilisés jusqu’en 1791, puis à partir de 1798, les poinçons modernes, Coq, Vieillard et Minerve.

A noter qu’il y a eu une période de flottement entre 1791 et 1798, liée à la Révolution.

Argenterie Fermiers Généraux

Il y a au minimum 4 poinçons :

  • Poinçon de maître (maître orfèvre) mesurant autour de 3mm de large et 4,5 mm de hauteur. Recherchez la fleur de lys, les initiales du maître, et la lettre de la ville.
  • Poinçon de titre (pour vérifier le taux d’argent) : vous retrouverez une lettre et une couronne.
  • Poinçons de charge et de décharge pour montrer que l’impôt a été payé.

Ces poinçons permettent de déterminer l’orfèvre, la ville où la pièce a été fabriquée et l’année.

couverts fermiers generaux
Exemples de couverts Fermiers Généraux

Argenterie depuis 1798

Les trois poinçons dits « modernes » sont donc le Coq, le Vieillard et la Minerve.

Ils sont de forme octogonale (carré ou rectangle avec quatre angles à pans coupés).

De plus, il y a souvent un poinçon en forme de losange, dans le sens vertical ou horizontal, avec des initiales à l’intérieur qui correspondent au cachet de l’orfèvre.

Le poinçon Coq fut utilisé de 1798 à 1819.

poincon 1er coq 1

Pendant cette période, sachez qu’il y a des sous-périodes avec le Premier Coq jusqu’en 1809 puis le Deuxième Coq. Nous avons huit Coqs différents selon le titre et le lieu de fabrication, à Paris ou en province.

Le poinçon Vieillard (profil de Michel-Ange) fut utilisé de 1819 à 1838.

poincon vieillard titre 1 paris

Le poinçon Minerve (déesse des métiers, patronne des artisans) est utilisé depuis 1838.

poincon minerve titre 1

Vous remarquerez qu’il y a souvent au niveau du poinçon les chiffres 1 ou 2.

Quelle en est la signification ?

Ces chiffres indiquent le titre, c’est à dire la proportion d’argent et d’alliage :

  • Le 1er titre en argent correspond à 950 millièmes d’argent et à 50 millièmes d’un alliage par exemple du cuivre.
  • Le 2ème titre correspond à 800 millièmes d’argent et 200 millièmes d’alliage.

Avec un peu d’habitude, vous constaterez que l’aspect d’une pièce avec les poinçons Fermiers Généraux, Coq ou Vieillard est plus brillant, de meilleure facture et ayant mieux vieilli que celui d’une pièce à Minerve.

Pourquoi ?

A partir de 1838, date à laquelle le poinçon Vieillarda été abandonné pour la Minerve, le titre légal d’argent est passé de 950 millièmes à 925 millièmes.

Autre repère.

A partir de 1820, il y a derrière le Vieillard ou la Minerve un poinçon de contre-marque, le plus souvent représenté par deux traits formant un angle obtus.

Avant 1820, quand le poinçon Coq ou Vieillard était apposé, l’enclume située sous l’objet était plane et ne laissait pas de trace. Depuis 1820, et encore actuellement, l’enclume comporte deux encoches en relief que l’on retrouve sur l’envers du poinçon.

Qu’acheter ? Quels sont les prix de l’argenterie ?

Les couverts en argent

Un couvert = une cuillère et une fourchette.

Vous pouvez acheter des couverts neufs en argent, vous les paierez autour de 150 € pièce. Si quelques jours plus tard vous voulez les revendre, le prix aura diminué de moitié.

D’où l’intérêt d’acheter des couverts d’occasion, dont la valeur restera stable.

Les modèles Filet, Uni-plat ou Vieux Paris sont les plus classiques.Les couverts Louis XV ou Louis XVI sont moins fréquents.

On trouve aussi des couverts en argent fabriqués sous le Second Empire, qui ont un certain charme.

Une série complète de 12 couverts est une plus-value.

Regardez si les dents ne sont pas trop usées ou n’ont pas été raccourcies.

Le prix correct d’un couvert se situeautour de 50 à 60 €.

Les couverts Fermiers Généraux se négocient autour de 150 € pièce.

Une cuillère à ragout de bonne qualité est vendue autour de 120 à 150 €. Mais s’il s’agit d’une cuillère « Fermiers Généraux », il faudra mettre 300 à 400 €.

Les petites cuillères vous seront cédées autour de 15 € pièce.

Une louche se négocie autour de 100-150 €. Attention de ne pas en acheter une trop grande qui risquerait de ne pas tenir dans un tiroir.

En argenterie moderne, l’orfèvre Art Déco Jean Puiforcat est très coté et on retrouve des prix équivalents à l’argenterie XVIIIème.

L’orfèvrerie parisienne du XVIIIème est surcotée par rapport à la provinciale.

Cependant l’orfèvrerie de Strasbourg, Toulouse, Montpellier, voire de petites cités comme Trévoux, est très recherchée par les amateurs.

Les plats en argent

Actuellement, les plats en argent n’ont plus tellement la cote auprès des jeunes ménages.

Ils vont au lave-vaisselle mais pas au four à micro-ondes, et demandent de temps en temps à être nettoyés.

Personnellement, je préfère les plats longs aux plats ronds. Dans un plat long, il est possible de mettre de la viande, un poisson froid.

Il existe aussi des légumiers avec couvercle.

Vous trouverez des plats autour de 500 à 600 € le kilo.

Si on vous propose des plats Fermiers Généraux, et s’ils sont en bon état, n’hésitez pas et ayez une pensée pour toutes les personnes qui les ont utilisés avant vous, depuis plus de 200 ans. Vous devrez débourser autour de 1000 €.

Si le plat est armorié, le prix peut être plus élevé. Ce genre d’orfèvrerie risque peu de baisser.

Les bougeoirs, chandeliers à bobèche en argent

Ce sont des pièces très prisées. Les bougeoirs du XIXème se négocient entre 1000 et 2000 €. Ceux du XVIIIème, les Fermiers Généraux, valent entre 3000 et 10 000 €.

Assurez-vous que la bobèche est bien présente.

Les timbales en argent

Elles sont toujours recherchées, surtout si elles ne sont pas abimées ou cabossées.

Le prix oscille entre 50 à 200 € en fonction de la taille et de l’état.

Les timbales XVIIIème gravées se négocient autour de 400 €.

Autres pièces d’orfèvrerie

Les jattes, soupières, saucières, légumiers, aiguières, tastevins sont des objets très recherchés.

Les pièces d’argenterie ont une histoire. En les utilisant, vous continuerez à les faire vivre !

Comment reconnaître de l’argent et du métal argenté ?

L’argent est plus léger que le métal argenté. Les poinçons de métal argenté sont carrés ou rectangulaires. Les signes d’usures permettent aussi de différencier l’argent du métal argenté. Par exemple avec les fourchettes, les pointes s’usent : donc si l’extrémité des pointes est dorée, vous pouvez être certain qu’il s’agit de métal argenté.

Quels sont les poinçons d’argenterie ?

On distingue les poinçons Fermiers Généraux utilisés jusqu’en 1791, puis à partir de 1798, les poinçons modernes, Coq, Vieillard et Minerve.

Est-ce que les pièces Christofle sont de l’argent massif ?

Non. La maison Christofle est spécialiste dans le métal argenté. Si vous voyez inscrit Christofle, c’est à coup sûr du métal argenté.

Il est nécessaire de remplir ce champs.
Votre nom est requis.