La fin des cryptomonnaies ?

Benoît Fruchard 20 mai 2021

En ces moments assez mouvementés pour les crypto-monnaies, il n’est pas rare d’entendre que les gouvernements vont finir par interdire les monnaies numériques. C’est une idée qui est répétée par tout le monde, des économistes aux investisseurs ainsi qu’au café du coin (enfin rouvert !). Il est compréhensible que les gens pensent que c’est l’issue naturelle. Notre monde entier a été basé sur des entités centralisées. Ces sociétés sont très efficaces en raison de leur structure hiérarchique descendante. En raison de cette centralisation, le gouvernement est l’arbitre ultime de ce qui est permis et de ce qui ne l’est pas.

Les crypto-monnaies dont le Bitcoin sont décentralisés

Le bitcoin et les autres crypto-monnaies ne sont pas des entités ou des organisations centralisées. Ces réseaux informatiques sont décentralisés. Il n’y a pas de PDG. Il n’y a pas de siège social. Dans le cas du Bitcoin, il n’y a même pas d’employés. Les risques de centralisation sont complètement éliminés avec un système décentralisé.

Ainsi, lorsqu’un système décentralisé est sur le point de menacer les intérêts d’un gouvernement, qu’il s’agisse d’une monnaie, d’un vote, d’une chaîne d’approvisionnement ou autre, il est pratiquement impossible d’un point de vue technique pour le gouvernement de fermer le système. Cela ne signifie pas que les gouvernements n’ont pas de moyens de résistance à poursuivre.

Les gouvernements ont un pouvoir limité

Ils peuvent faire pression sur les personnes qui exploitent des entreprises dans ce secteur. Il peuvent obliger les banques traditionnelles à ne pas soutenir les activités de crypto-monnaie. Ils peuvent augmenter considérablement les taxes sur tous les actifs cryptographiques et les transactions connexes. Ils peuvent établir des réglementations auxquelles il est incroyablement difficile de se conformer. Ce sont toutes des options, mais elles ne peuvent pas réellement fermer le système. C’est la beauté de la vraie décentralisation.

Le bitcoin est sujet aux fluctuations

Nous ne pensons pas que le bitcoin sera pas interdit par le gouvernement. Certaines personnes comprennent que la décentralisation rend cela très difficile. D’autres pensent que c’est la construction sociale, plutôt que l’aspect technique, qui empêchera le gouvernement d’intervenir et de l’arrêter.

C’est une prise de position assez incroyable de la part de l’un des investisseurs les plus respectés au monde. David Rubenstein est considéré comme une personne conservatrice qui cherche à atténuer les risques. On peut imaginer que David Rubenstein a eu de nombreux échanges avec des initiés avant de s’exprimer publiquement de cette façon.

Le bitcoin est un placement sur le long terme

Les crypto-monnaies sont un aperçu de l’avenir. Le nombre d’investisseurs continue de croitre, que cela soit les institutions de Wall Street, les plus grandes banques financières mais aussi les fonds spéculatifs et institutionnels. Ils commencent à comprendre l’innovation en cours, tout en reconnaissant que le gouvernement ne va pas interdire cette technologie.

La volatilité n’est pas nouvelle dans ce secteur et c’est aussi ce qui en fait l’attrait. Mais elle est également nécessaire pour que le monde puisse évaluer avec précision ce que nous voyons se dérouler ici.

Il est nécessaire de remplir ce champs.
Votre nom est requis.